Une force du bien : les restaurateurs

This post is also available in: English (Anglais)

L’un des aspects des plongeurs et de la ténacité de l’esprit humain, est que lorsque nous faisons face à un défi, nous l’évaluons et trouvons un moyen de le surmonter, de le contourner ou de le franchir. Nous gérons le stress corallien et déclinons de la même façon. Les plongeurs d’aujourd’hui, en partenariat avec des scientifiques, ont été au cœur de dizaines d’initiatives de restauration des coraux, avec la recherche et la pratique de l’élevage et de la transplantation de coraux en croissance et en expansion. Dans mon dernier blog, je faisais le lien avec le projet de restauration des coraux (Coral Restoration Project), né du plongeur Dr David Vaughan du Mote Marine Laboratory, qui, en démarrant quelques une des premières pépinières coralliennes, a découvert comment le corail pouvait se multiplier 25 à 40 fois plus vite qu’avant. Sa découverte est l’une des percées majeures dont nous avions besoin pour commencer à remplacer le corail à grande échelle, et ce n’est qu’un exemple.

Regardons également l’ambassadeur PADI Andre Miller MSc à la Barbade. Reconnaissant qu’il est important de documenter les dommages causés par les coraux, mais qu’il ne s’agit pas d’une solution, André a été le fer de lance d’un effort local visant à déplacer les coraux en voie de disparition et à repeupler les têtes endommagées. Avec un taux de survie de plus de 90 %, cet effort s’est déjà étendu à plusieurs destinations dans les Caraïbes. Consultez ce lien pour découvrir les lieux et quelques incroyables images avant et après.

Photo: Coral Restoration Foundation™

Voici un autre exemple, avec la Coral Restoration Foundation™,  Coral Restoration Foundation Bonaire et Curacao, qui, avec une participation considérable des centres de plongée PADI locaux, des plongeurs visiteurs et de la communauté locale, mettent l’accent sur les coraux staghorn et elkhorn. Ces coraux sont des éléments essentiels car ils constituent un habitat et une structure qui, pourtant, figurent dans la Liste des menaces par l’Administration Nationale de l’Océan et de l’Atmosphère (NOAA) des Etats-Unis. Aujourd’hui, la fondation cultive plus de 12 000 coraux dans ses pépinières et a transplanté plus de 14 000 coraux sur ses récifs.

On pourrait énumérer des pages entières sur tous les moyens par lesquels les plongeurs restaurent et font revivre le monde sous-marin, mais il y a trois points vraiment importants :

Le premier, c’est qu’il y a une place pour vous dans la restauration du corail. Rendez-vous dans les eaux tropicales et il y a de fortes chances que la communauté de plongeurs le fasse ou l’entreprenne – et ils ont besoin de votre aide car la restauration du corail nécessite des plongeurs. Il y a beaucoup de soins et d’entretien de routine pour cultiver et transplanter le corail et pour le faire correctement. Plusieurs opérateurs de plongée enseignent à PADI Coral Restoration des spécialités distinctives ou des expériences d’accueil qui vous permettent de vous impliquer sur le terrain. Si vous êtes de la région et que vous pouvez participer régulièrement, c’est encore mieux. De plus, la colonie de corail que vous planterez demain pourrait encore être là — et bien plus grande encore — lorsque vos descendants y nageront lors d’une plongée dans le futur lointain. Plutôt cool non?

Le second, c’est que la préservation est une partie essentielle de la restauration du corail. Bien que la restauration s’accélère, globalement, le déclin des coraux est à venir. Nous devons nous attaquer aux facteurs qui accélèrent la perte des coraux et replanter davantage pour combler cet écart. De plus, la replantation est vouée à l’échec si le nouveau corail ne peut néanmoins pas survivre. Ainsi, chaque fois que vous réduisez votre empreinte carbone, recyclez du plastique, réduisez les débris, choisissez des fruits de mer durables, votez pour la protection et la conservation des ressources aquatiques et du milieu marin et ainsi de suite, vous contribuez à restaurer le corail.

Le troisième, c’est qu’il faut être réaliste mais aussi optimiste. Avec une armée de plus de 25 millions de plongeurs, c’est une force écrasante – soit plus de dix fois la plus grande force militaire du monde et une fidélité envers une planète saine et habitable, c’est une force positive qui peut changer les choses. Donc, comme je l’ai déjà dit, les mers sont en difficultés, mais la situation est loin d’être désespérée parce que vous êtes de leurs côtés. On bouge déjà, mais faisons plus, plus vite. Si vous n’êtes pas sûr de votre place, commencez votre propre démarche et engagez des échanges constructifs avec les autres.

 

Dr. Drew Richardson
PADI President & CEO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.